Syndrome des yeux secs

Les larmes sont essentielles dans nos vies et pas seulement lors de mariages ou d’enterrements !!
Elles jouent aussi un rôle capital dans la défense contre les infections, l’oxygénation et la protection de la cornée, et la mise au point optique.

L’absence ou la diminution des larmes est responsable de sécheresse oculaire et, potentiellement, d’inflammations de la cornée ou de conjonctivite.

Comment combattre la sècheresse oculaire ?

La sècheresse oculaire – ou syndrome des yeux secs – est une affection courante provoquée par un mauvais fonctionnement de l’appareil lacrymal.

Les symptômes les plus connus comprennent, mais ne se limitent pas à :

– une sensation de brûlure ou d’irritation oculaire ;

– des picotements ou démangeaisons ;

– une rougeur oculaire ;

– une vision trouble ;

– une difficulté à porter des lentilles ;
– une forte sensibilité à la lumière ;

– l’impression d’avoir du sable dans l’œil ;

– et parfois même… des yeux larmoyants !

Car en effet, il faut savoir que notre œil produit deux sortes de larmes : des larmes réflexes qui coulent quand l’œil est irrité et le film lacrymal qui protège et nourrit la surface de l’œil. Ces deux types de larmes n’ont pas du tout la même composition. 

 

Alors, de quoi est fait notre film lacrymal ?
Celui-ci est composé de trois couches :
secheresse

 

– une couche lipidique, secrétée par les glandes de Meibomius, qui lubrifie et retarde l’évaporation des larmes ;

– une couche aqueuse, secrétée par les glandes lacrymales et constituée de sels et de protéines pour nourrir et protéger la cornée ;
– une couche mucinique, secrétée par les glandes mucoïdes, qui permet au film lacrymal d’adhérer à la cornée.

À chaque clignement des yeux, nous produisons une fine couche de ce film lacrymal qui vient, comme un délicat bouclier liquide, protéger notre œil de toutes sortes d’agressions.

Quelles sont les causes de la sécheresse oculaire ?

La sécheresse oculaire est une maladie chronique multifactorielle qui affecte les larmes et la surface de l’œil. Elle est due à un dysfonctionnement du film lacrymal qui peut être causé par divers facteurs :

– des changements hormonaux (grossesse, ménopause) ;

– le vieillissement naturel ;

– le stress ou la dépression ;

– le syndrome de Gougerot-Sjögren, qui est une maladie auto-immune ;

– la prise de certains médicaments : antidépresseurs, contraceptifs oraux, antihistaminiques, etc. ;

– la polyarthrite rhumatoïde, l’hyperthyroïdie, le diabète ou d’autres problèmes chroniques de santé ;

– une carence en vitamine A ;

– la station prolongée devant un écran d’ordinateur ;

– la poussière ou les allergies saisonnières ;

– l’exposition prolongée aux rayons UV ;
– la sécheresse de l’air ambiant, le chauffage, le vent… bref, ces petits inconvénients que nous réservent nos hivers québécois !

Quelles sont les solutions ?

C’est bien connu, la première solution, c’est la prévention !

Fumer est fortement déconseillé.
Il est également important d’avoir un éclairage ni trop faible ni trop vif ou éblouissant : calibrez votre écran d’ordinateur afin qu’il ne soit pas trop lumineux. Pensez aussi à reposer vos yeux un bref instant toutes les 45 minutes.

Enfin, quelle que soit la saison, protégez vos yeux du vent et du soleil avec des verres de bonne qualité.

Les aliments riches en oméga-3 (algues, crustacés, poissons gras, noix, huile de colza, graines et huile de lin, foie de morue, graines de chia, pourpier, etc.) auraient une influence bénéfique sur l’organisme entier, y compris le système lacrymal.

 

Une bonne hygiène de vie

Si le mal est déjà installé, quelques gestes d’hygiène quotidiens peuvent vous aider à le combattre :

– les « larmes artificielles » qu’on trouve facilement en pharmacie ;

– les gels de carbomère ou d’acide hyaluronique, plus épais que les collyres, ce qui prolonge leur action ;

– le maintien d’une bonne et saine humidification dans votre environnement grâce à un humidificateur ;

Essayez ausi de ne pas maquiller vos yeux à outrance et de n’utiliser que des produits de beauté anallergiques.

 

woman applying eyedroppes, close up

 

Des alliés naturels

– les oméga-3 dans l’alimentation ou sous forme de suppléments aident à combattre la sécheresse oculaire, car ils favorisent la production de larmes et ont un effet anti-inflammatoire ;

– des sachets infusés et tiédis de thé noir pour leur pouvoir antioxydant, ou des compresses de camomille pour son effet calmant, à garder sur vos paupières fermées pendant 20 minutes ;

– des compresses d’eau chaude pendant 5 à 10 minutes plusieurs fois par jour stimuleront vos glandes de Meibomius ;

– une rondelle de concombre sur chaque œil deux fois par jour rafraîchira et lubrifiera vos yeux.

 

Technologie

Un nouveau traitement consisterait à débloquer les glandes de Meibomius à l’aide d’un appareil qui envoie des pulsations thermiques pendant une douzaine de minutes. Cette technique récente et assez coûteuse nécessite d’être répétée tous les 12 à 18 mois.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fermer
Connexion
Fermer
Panier (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.



Langue

INFOLETTRE

POUR RECEVOIR DES PROMOTIONS EXCLUSIVES,
DES INVITATIONS VIP ET BIEN PLUS ENCORE !

Entreprise familiale du Québec depuis plus de 40 ans.

Renouvelez vos verres de contact

Remplissez ce formulaire et l’un de nos optométristes vous contactera pour renouveler votre commande.